Impressions d'Ardenne 2020

Mis à jour : 28 déc. 2020

« I gnè Kékes anêyes, lès tchèrtcheûs do « Musée d’Histoire naturelle » dè Stockholm ant dèscovru lès rèsses d’one vî fètchîre dè 180 milions d’anêyes. A l’plèce dè fê tos dès mirabilias avu ça télmint i s’astint binôches, i-z-orint mî fêt dè d’mandè à l’Région Wallonne !

Avu lèye, nin dandjî d’atinde si lontins : tchèke cônp k’èle bètone lès bwès po lès fê dèscovru ô Brukslêres, èle a profite po fabrikè dès vrês ‘fossiles’. Nin bièsse, hin ? »


« I y a quelques années, les chercheurs du « Musée d’Histoire naturelle » de Stockholm ont découvert les restes d’une vieille fougère de 180 millions d’années. A la place de faire toutes des merveilles avec ça tellement ils étaient heureux, ils auraient mieux fait de demander à la Région Wallonne ! Avec elle, pas besoin d’attendre aussi longtemps : chaque fois qu’elle bétonne les bois pour les faire découvrir aux Bruxellois, elle en profite pour fabriquer des vrais fossiles. Pas bête, hein ? »


Laurent Dabe




A Librômont, lu bèton èst a l'origine d'ol rèvolution, lu nature èst en èbullition !

O bwâr do Ravel, lès èpicèas sent drèssès come dès sintinèles, lès tchin.nes su dustchin.nent èt lès hèsses nu saûrint pu z'èsse, mais gn-a dès cils ki dusfindant leu nom jusk'à l'mwârt, lès fètchîres !


A Libramont, le béton est à l'origine de la révolution, la nature est en ébullition !

Au bord du Ravel, les épicéas sont dressés comme des sentinelles, les chênes se déchaînent et les hêtres ne sauraient plus être, mais il y en a de celles qui défendent leur nom jusqu'à la mort, les fougères !


JMServais








5 vues0 commentaire